Réunion ministérielle de l’Alliance pour le multilatéralisme (24 février 2021)

Numérique et changement climatique, nouveaux enjeux pour les droits de l’Homme ; préparation et réponse aux crises sanitaires.

A l’initiative des Ministres allemand et français des Affaires étrangères, l’Alliance pour le multilatéralisme s’est de nouveau réunie le 24 février 2021, en marge du segment de haut niveau du Conseil des droits de l’Homme, afin de réaffirmer son engagement en faveur de la protection et de la défense du droit et des institutions relatifs aux droits de l’Homme, dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

La réunion a rassemblé les Ministres de 45 pays, le Haut Représentant de l’UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité et Vice-Président de la Commission, Josep Borrell, la Haute Commissaire aux droits de l’Homme, Michelle Bachelet, la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, la Secrétaire exécutive de la CNUCC, Patricia Espinosa, l’Envoyée spéciale de l’Accélérateur ACT-A et Directrice générale désignée de l’OMC, Ngozi Okonjo-Iweala, ainsi que des représentants de la société civile.

Les participants ont évoqué les moyens de renforcer le respect des droits de l’Homme face aux nouveaux enjeux liés à la révolution numérique. Conformément aux orientations du Partenariat mondial pour l’intelligence artificielle (PMIA), ils ont notamment souligné l’importance de régulations nouvelles pour l’intelligence artificielle. La Directrice générale de l’UNESCO a présenté le projet de recommandation en cours de négociation sur le sujet à l’UNESCO.

Les participants ont également appelé à soutenir la liberté d’information et de la presse, alors que les évolutions économiques et technologiques actuelles bouleversent les modèles de fonctionnement des médias. Christophe Deloire, Secrétaire général de Reporters sans frontières, a mentionné les travaux sur la soutenabilité du journalisme engagés par le Forum information et démocratie, qui rassemble une dizaine d’organisation de la société civile.

L’Alliance a par ailleurs abordé la menace posée aux droits de l’Homme par les dérèglements climatiques. La réunion a permis de présenter en particulier les travaux de la Coalition pour l’action féministe pour une justice climatique, qui s’est constituée dans la perspective du Forum génération égalité, qui se tiendra à Paris à l’été.

Enfin, alors que la pandémie de COVID-19 demeure la question la plus urgente à traiter en matière de coopération multilatérale, les membres de l’Alliance ont marqué la nécessité d’assurer un accès universel aux vaccins, qui doivent être considérés comme des biens publics mondiaux. Ils ont également évoqué les projets de réforme de l’architecture multilatérale de santé à mettre en œuvre (renforcement du rôle de l’OMS et de son budget, amélioration de l’application du Règlement sanitaire international et du système d’alerte, mise en place de missions de vérification sur le terrain), dans la perspective de l’Assemblée mondiale de la santé en mai 2021.

A l’occasion de cette réunion, Jean-Yves Le Drian, Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, a rappelé les priorités portées par la France dans le cadre du Conseil des droits de l’Homme qu’elle a rejoint pour la période 2021-2023. Il a annoncé l’organisation, avec le soutien de Reporters sans frontières, d’un premier Sommet du Partenariat pour l’information et la démocratie, en marge du segment de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2021. Il a souhaité que des premières réformes de l’architecture multilatérale de santé puissent être adoptées dès l’Assemblée mondiale de la santé en mai 2021 et marqué l’importance d’un accès universel aux vaccins, en s’appuyant sur l’initiative ACT-A.