Photo en vue rapprochée d'un petit écran avec le hashtag (mot-clé) #MultilateralismMatters
© Thomas Koehler/photothek.net

Développer l’Alliance

Agenda

L’atteinte des objectifs que s’est fixés l’Alliance suppose des efforts continus.

Le 75e anniversaire des Nations unies célébré en 2020 constituera un moment clé pour promouvoir le multilatéralisme (événement de haut niveau le 21 septembre 2020).

De nouvelles initiatives et événements continueront de voir le jour en lien avec les grands thèmes de l’Alliance : droits de l’Homme, droit international humanitaire, cyberespace, technologies du futur, désarmement et contrôle des armes, biens publics mondiaux et renforcement des institutions internationales.

Restez connectés !

Événements passés

Flags at UN Headquarters in New York

Réunion de l’Alliance pour le multilatéralisme sur le renforcement de l’architecture multilatérale de santé
(visioconférence, 26 juin 2020)

À l’occasion du 75e anniversaire de la Charte des Nations unies, Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de la République Française, et Heiko Maas, ministre des Affaires étrangères de la République fédérale d’Allemagne, ont présidé une réunion ministérielle de l’Alliance pour le multilatéralisme, sous forme de visioconférence, consacrée au renforcement de l’architecture multilatérale de santé et à la lutte contre les infodémies.

Ont participé à cette réunion le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Audrey Azoulay, directrice générale de l’UNESCO, et près d’une cinquantaine de ministres de toutes les régions du monde, ainsi que Christophe Deloire, Secrétaire général de Reporters sans frontières.

L’Assemblée mondiale de la santé, qui s’est tenue les 18 et 19 mai derniers, a démontré le large soutien de la communauté internationale à une gestion multilatérale des questions sanitaires. La résolution sur la Covid-19 adoptée par consensus, à l’initiative de l’Union européenne, a souligné en particulier le rôle de coordination de l’OMS dans la gestion de la crise sanitaire et la nécessité de travailler au renforcement de la gouvernance sanitaire internationale. La réunion de l’Alliance a été l’occasion de réfléchir à des pistes concrètes de réforme et de modernisation du système sanitaire international.

La réunion visait également à renforcer l’accès à une information fiable et à la lutte contre les fausses rumeurs et les manipulations de l’information, notamment en périodes de pandémies.

Déclaration conjointe

Photo de la visio-conférence ministérielle, avec le ministre allemand des affaires étrangères Heiko Maas au premier plan, assis à une table de conférence en face d'un grand écran, en vue mosaïque.

Point de situation COVID-19 - Visioconférence ministérielle

La pandémie de la COVID-19 appelle un sursaut du multilatéralisme. Seule une action solidaire, la construction d’un système mondial plus fort et mieux protégé et un renforcement de la coopération internationale permettront de surmonter cette menace qui pèse sur nous tous. Confrontés à cette situation sans précédent, nous devons unir nos forces pour contenir la pandémie et en venir à bout. L’Alliance pour le multilatéralisme est déterminée à soutenir les efforts déployés dans ce sens par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les autres composantes de la famille des Nations Unies, ainsi que les autres organisations internationales, les institutions financières et les acteurs non-étatiques. Nous sommes particulièrement préoccupés par la menace grave qui pèse sur les pays en développement, les pays les moins avancés et les pays en situation de conflit, dans lesquels les systèmes de santé sont moins préparés, ainsi que par le risque particulier auquel sont confrontés les réfugiés et les personnes déplacées. Nous devons mettre au point des ripostes à l’échelle mondiale permettant de traiter les différentes problématiques induites par cette crise. Nous poursuivons notre travail en commun dans le cadre de la coalition souple et fondée sur des thématiques spécifiques que constitue l’Alliance pour le multilatéralisme. Aussi, nous soutenons sans réserve les efforts déployés actuellement par l’Organisation des Nations Unies, les autres organisations internationales, les institutions financières et les acteurs non-étatiques afin d’apporter une réponse mondiale à la COVID-19. Nous soutenons fermement les efforts menés par le Secrétaire général des Nations Unies, M. Antonio Guterres, en faveur d’une réponse mondiale coordonnée ainsi que son appel à un cessez-le-feu universel immédiat.

Déclaration conjointe de l’Alliance pour le multilatéralisme et ses signataires (en allemand)

Déclaration conjointe de l’Alliance pour le multilatéralisme et ses signataires

Document explicatif (en anglais)

Photo d'une salle de conférence avec des participants à la réunion ministérielle. Les ministres des affaires étrangères sont assis aux tables des orateurs. Les nombreux participants sont assis à des tables, et écoutent. Certains applaudissent.

Réunion ministérielle à Genève

Une réunion ministérielle s’est tenue à Genève le 24 février 2020 dans le cadre de l’Alliance pour le multilatéralisme sur le thème « Promouvoir le droit international humanitaire et lutter contre l’impunité ». Organisée en marge du segment de haut niveau du Conseil des droits de l’Homme, cette réunion s’est penchée sur l’impulsion à donner à l’Alliance autour de deux problématiques concrètes particulièrement pertinentes dans le cadre des travaux des organisations genevoises : la lutte contre l’impunité et la protection de l’espace humanitaire.

Cette réunion a été l’opportunité d’examiner la contribution de l’Alliance, ainsi que les progrès effectués en matière de droit international humanitaire et de droits de l’Homme, en lien avec les États, les organisations internationales compétentes et les partenaires de la société civile. L’Alliance a contribué à la mise en œuvre de « l’Appel à l’action humanitaire », avec l’objectif de soutenir, d’adapter et de renforcer les institutions multilatérales concernées, en lançant le recensement des mesures concrètes et des bonnes pratiques mises en place par les États pour améliorer l’application du droit international humanitaire partout dans le monde. Des bonnes pratiques ont été échangées dans le but d’améliorer l’aide humanitaire apportée à ceux qui en ont besoin.

Par ailleurs, l’Alliance contre l’impunité, qui est l’un des volets de l’Alliance pour le multilatéralisme, se fixe pour objectif de traiter des violations graves du droit international en s’assurant que leurs auteurs soient traduits en justice. Les discussions à Genève ont porté sur la manière dont l’Alliance peut promouvoir la redevabilité, en particulier en réaffirmant le droit et les normes internationaux et en renforçant les enquêtes et les poursuites portant sur les personnes responsables de crimes internationaux. Des propositions relatives au renforcement de la coopération entre les mécanismes d’enquête internationaux (mécanisme d’enquête indépendant pour le Myanmar ; mécanisme international, impartial et indépendant chargé de faciliter les enquêtes sur les violations les plus graves du droit international commises en République arabe syrienne depuis mars 2011 et d’aider à juger les personnes qui en sont responsables ; équipe d’enquêteurs des Nations unies chargée de concourir à amener Daech/État islamique d’Irak et du Levant à répondre de ses crimes) et les parquets nationaux ont été présentées.

Note de concept (en anglais) (PDF)

Discours du ministre allemand Heiko Maas (en allemand)

 

Photo d'une salle remplie de centaines de participantes et participants au Forum de Paris pour la paix

Forum de Paris sur la paix

Lors du Forum de Paris sur la paix du 11 au 13 novembre 2019, les pays partenaires ont tenu une réunion sur la gouvernance numérique. Prenant en compte les effets de la numérisation sur le développement économique, politique et social, l’Allemagne, la France ainsi que d’autres partenaires ont souligné la nécessité de renforcer le dialogue entre les États, les organisations internationales, les entreprises et la société civile, et ont réitéré leur détermination à traiter ensemble les grands enjeux mondiaux.